jeudi 26 avril 2018

Trente-deux ans après Tchernobyl, un témoignage ...

Un article provenant de TVA:

Trente-deux ans après Tchernobyl, Natalia retourne enfin chez elle.

Par Ania TSOUKANOVA | AFP Publié le - Mis à jour 

mercredi 14 février 2018

Essai de CHERNOBYL VR PROJECT sur PlayStation 4

Hey hey un nouvel article sur mon fameux blog Post-Apo ...

Cette fois j'essai CHERNOBYL VR PROJECT sur PlayStation 4,
je vous en donne des news sous peu, à bientôt !!



 Images tiré du site:

samedi 12 août 2017

Un article intérressant sur les événements actuels en Corée du Nord.

www.38north.org/2017/08/sinpo081117/



Copyrights:

lundi 20 juillet 2015

Dans la tête des survivalistes

Un article très intéressant sur le phénomènes des "survivalistes, sur le site de Radio-Canada.

Ces gens qui se préparent à une catastrophe ou à l'apocalypse.






mercredi 28 août 2013

Le 18 juillet, la ville de Détroit aux Etats-Unis se déclare en faillite. L’ancien fleuron de l’industrie américaine a contracté depuis 60 ans la dette colossale de 18,5 milliards de dollars. Près de 80 000 bâtiments sont abandonnés dans cette ville qui est passée de deux millions d’habitants dans les années 60 à seulement 700 000 aujourd’hui. De Motor city, Détroit est devenue Ghost city, la ville fantôme. Pour que survive l‘âme de Détroit, photographes, cinéastes et écrivains ont au fil des années arpenté les rues de la ville. Pour témoigner par l’image et par l‘écrit du déclin d’une cité autrefois joyau de l’industrie.

Détroit ville fantôme | Copyright © 2013 euronews
Détroit est aussi devenu un immense terrain de jeu pour les amateurs d’exploration urbaine. Détroit avant… Et après. Un peu comme un livre d’or, plusieurs sites et blogs tiennent un recensement précis et mis à jour des lieux abandonnés.
Documents, photos, descriptions, le blog Detroiturbex (“Urbex”, abrégé d’exploration urbaine – de l’anglais urban exploration – est le fait d’explorer des endroits abandonnés ou censés être inaccessibles, dans une zone urbaine) tient cette dynamique pour principe. Le collectif Detroiturbex à l’origine de cette initiative citoyenne va même plus loin et propose une visite de la ville, pour découvrir Détroit autrement.
Détroit ville fantôme
Copyright © 2013 euronews

Copyright © 2013 euronews



Fondée en 1924, l‘église St Agnès, a également été abandonnée en 2006 en raison de problèmes financiers.
Autre symbole du déclin de Détroit, ces photos d’usines rouillées, inactives et comme figées par le temps.

Copyright © 2013 euronews

Copyright © 2013 euronews
Et clic après clic, on découvre une ville ravagée… Détroit, avec ses théâtres des années 20 transformés en parking ou laissés à l’abandon, comme The Highland, ce théâtre usé et dévasté de la Woodward Avenue.

Copyright © 2013 euronews

Copyright © 2013 euronews

jeudi 27 juin 2013

Situated between the Bronx and Riker’s Island is a small parcel of land in the East River known as North Brother Island. The island is small, measuring approximately 400 meters x 250 meters. Together with its smaller counterpart South Brother Island, the two have a land area of about 20 acres (81,400 square meters). You can see the island on Google Maps here (and above). North Brother was uninhabited until 1885, when Riverside Hospital moved there from Roosevelt Island.

The Abandoned Island in the Middle of New York «TwistedSifter
abandoned island new york city north brother island (1)

Frozen State is a survival based horror RPG, set in a Siberian, post apocalyptic wasteland.

Frozen State by Snow Arc — Kickstarter


Support Frozen State

Hey!
If you have any difficulties pledging on Kickstarter you can still support Frozen State over PayPal.
Thank You!

Quelques extraits d'un article de Eric Swain, provenant du site GAMERANX.com

Top 10 Post Apocalyptic Games of All Time
by Eric Swain on 14th Jun, 2013  Updated: 06/14/13  
Note: The list has been updated with the latest title from Naughty Dog, The Last of us, a post-apocalyptic game where humans have been zombified—more or less—
by a terrible fungus called the cordyceps.

We are all enamored by the end of the world. There is something titillating in the idea that everything we know and love will be destroyed, and that we will have to start civilization anew. Why do we fantasize so much about being reduced to barbarism, even when simple conveniences like toilets or clean running water are gone? Why do so many people want to experience something that were it to happen in real life they wouldn’t survive a week?
Maybe it’s the "what if" factor of seeing humanity rise and fall after staring into the face of total oblivion. Maybe it’s just the desire to end inequality for a few minutes before everyone races to stand on top of one another. Or maybe it’s perverse desire to see people and systems you don’t like completely obliterated from the world.
Video games are unique in their ability to place us within a world, within conditions far outside ordinary life. We can walk the barren apocalypse, see our world broken in a virtual "what if" and discover our reaction to it all. The game puts us in a situation where the world has ended, and we get to experience what happens after the disaster. Unlike films and books, we get to experience the post-apocalypse not just through a lens filtered by immersive graphics and clever writing, but also through game mechanics—like starvation, radiation poisoning, and every other hardship one can think of in a post-apocalyptic world. Looking at it from that point of view here are the top 10 post-apocalyptic video games of all time.


10. The Walking Dead

the walking dead
The Walking Dead is based on the comics of the same setting but tells an original story, unlike the TV series on AMC which follows the comic book story almost page by page. The game focuses on a man and a little named Clementine who stick together, and find other survivors of the zombie apocalypse to make a living in the post-apocalyptic world.
Just as it is with the comic book, tensions flare when people of different personalities just can't get along, and have various motivations and biases underlying their presence in the story. In many ways, the human drama of The Walking Dead is as cynically post-apocalyptic as it comes.
 (...)
6. Wasteland
The original post-apocalyptic game, first released in 1988, Wasteland is a turn based roleplaying game where you take command of a squad of Desert Rangers who police the Wasteland, solving problems and bringing about justice. Set after a nuclear war punch up between the US and the Soviet Union. Survival is paramount in this world and the game itself is pretty difficult too. It was also one of the first games to feature a persistent world where it would save the changes you as the player enacted upon it. It also allowed multiple solutions to challenges that would arise. Due to technical limitations, instead of having all the dialogue and descriptions on the disk it came with a printed book and would tell you what paragraphs to read at a given point in the game. It allowed for a lot of detail and information and at the same time enough blanks space for one’s imagination to fill in the gaps.

(...)

5. Left 4 Dead (series)
There is probably no apocalypse so engrained in the present public consciousness as the one of the zombie variety. Unlike most zombie games, however, where they are just in the indiscriminate enemy dujour, in Left 4 Dead it feels like the zombie apocalypse has happened and you are one of the last 4 unluckiest people alive trying to escape. The horde is everywhere and you can’t hole up forever because of the Tank zombies will break down the entire wall, Smokers will pull out and Hunters will take out any stragglers. Left 4 Dead not only presents us with a zombie apocalypse, but also feels like a zombie apocalypse, with a strong emphasis on the apocalypse. Zombie apocalypse is how the living deal with each other as much as the dead. Here: cooperate or die.

4. Day Z
Day Z's setting isn't much to speak of but it's post-apocalypticness lies within its gameplay, which sees players attempting to survive a zombie apocalypse while also fending against each other.
Taking place on a large island, the players must pool together their talents and find a way to survive the environment, while occasionally making runs into zombie-infested cities for resources.
As a post-apocalyptic game, it's more of an experience than anything else.

3. S.T.A.L.K.E.R. (series)
Another game with an Eastern European ethos with regards to the Apocalypse, S.T.A.L.K.E.R.: Shadow of Chernobyl and it’s two expansion packs are sandbox FPSRPG games with their worlds being based in “The Zone” a highly radioactive desolate environment vaguely based on Chernobyl. The people aren’t much better. The fact that S.T.A.L.K.E.R. stands for Scavenger, Trespasser, Adventurer, Loner, Killer, Explorer, Robber and this is a common enough profession should be telling enough. Radiation, hunger and persistent wounds are all mechanics furthering the game’s emphasis on survival. Keep your finger on the quick save key, life in the Zone is nasty, brutish and short.

2. Last of Us
The Last of Us is developed by the makers of the Uncharted series, and is set to offer a new take on the post-apocalyptic genre in a future where humans have been zombified—more or less—by a terrible fungus called the cordyceps.
The game follows the story of two survivors, Joel and Ellie, as they traverse through the post-apocalyptic urban jungle, that's literally overrun by flora, while avoiding both the zombified plague victims and hostile scavengers alike.

1. Fallout (series)
This is the big enchilada of all post-apocalyptic games. With six titles to its credit, and 5 of them actually good, it shows us the future as the 1950s imagined it and that we all did in fact drop the bomb. The role-playing game series is not just about survival, but being able to move forward as a society. To rebuild in the aftermath of total annihilation, in the face of power hungry group, in the face of the repercussion of an unconscionable corporation, in the face of being lied to, in the face of running out of supplies. In the face of all this, you choose who you will be.

vendredi 31 mai 2013

Le calcul anticipé de la trajectoire de la Comète ISON indique qu'elle devrait plonger vers le centre du système solaire pour froler le soleil en Novembre 2013. Chauffée à blanc par le rayonnement solaire, ISON deviendra probablement l'une des plus belles comètes que l'on ai vu depuis de nombreuses années.

Les Chroniques De Rorschach: ISON sera accompagnée par une pluie de météorites






Le chercheur Paul Wiegert de l'Université de Western Ontario a utilisé un ordinateur pour modéliser la trajectoire des poussières éjectées par la comète ISON, et ses conclusions suggèrent qu'une pluie de météores inhabituelle pourrait survenir.

"Durant plusieurs jours, aux environs du 12 Janvier 2014, la Terre va passer à travers un flux de fins débris de la comète ISON", explique Wiegert. "La douche qui en résulterait pourrait avoir des propriétés intéressantes".

Selon les modèles informatiques de Wiegert, le flux de débris est composé de très petits grains de poussière, pas plus gros que quelques microns, poussés vers la Terre par la légère pression de radiation du soleil. Ils la frapperons à une vitesse de 56 km /s. Parce que les particules sont minuscules, l'atmosphère supérieure de la Terre va rapidement les arrêter.

"Au lieu de brûler dans un flash de lumière, elles vont descendre doucement vers le sol », a t'il ajouté.

Ne vous attendez pas à remarquer cette pluie invisible de poussière de comète, si elle a lieu, elle serait très lente. Cela peut prendre des mois voire des années avant que les poussières fines ne se déposer sur la haute couche de l'atmosphère.

Mais pendant tout le temps où cette poussière se trouve "là-haut", elle pourrait produire des nuages ​​nocturnes luminescents.
Traduit par "Les chroniques de Rorschach" à partir de :

http://science.nasa.gov/science-news/science-at-nasa/2013/19apr_isonids/


jeudi 30 mai 2013

L'astéroïde 1998 QE2 mesure 2,7 km de diamètre. Sa découverte remonte comme son nom l'indique à l'année 1998 et a été détecté par des chercheurs du MIT à Socorro au Nouveau Mexique. D'après la Nasa, il sera vendredi 31 mai à 20h59, plus proche de la Terre qu'il ne le sera avant au moins 200 ans. D'après Lance Benner astronome au Jet Propulsion Laboratory de la Nasa de Pasadena : "L'astéroïde 1998 QE2 est une cible de grand intérêt pour le radio télescope de Goldstone en Californie et le télescope d'Arecibo à Porto Rico car nous espérons obtenir des images de haute résolution qui pourront révéler un grand nombre de caractéristique de sa surface."

Les Chroniques De Rorschach: Demain, un astéroïde de 2,7 km passera à proximité de la Terre




http://www.planet.fr/magazine-un-asteroide-de-2-7-km-diametre-proche-la-terre.360468.6553.html

Changement climatique : Un rapport secret du pentagone prévoit un nouvel âge de glace Il y a prés de 10 ans, le pentagone commandait un rapport afin de connaître les effets qu'entraînerait un brusque changement climatique sur le leadership des États-unis et sur le reste du monde. Sommes nous en train d'assister à ce scénario aujourd'hui ?

Les Chroniques De Rorschach: Changement climatique : Un rapport secret du pentagone prévoit un nouvel âge de glace



Source originale en anglais : Abrupt Climate Change

An Abrupt Climate Change Scenario and Its
Implications for United States National

Traduction : Paxhumana.info

mercredi 15 mai 2013

Metro: Last Light est un jeu d'action et de tir en vue subjective développé par le studio ukrainien 4A Games. Nous sommes en 2034, une guerre nucléaire a transformé le monde en désert post-apocalyptique. À Moscou, les tunnels du Metro sont devenus le nouveau foyer des habitants de la cité. Au plus profond des catacombes, ils luttent pour leur survie, repoussant des hordes de mutants hideux, nés de l'atmosphère toxique de la surface, ainsi que d'autres factions humaines qui cherchent désespérément à s'emparer des quelques bribes de terre encore hospitalières. Tout en s'affrontant, ces factions recherchent l'instrument du jugement dernier qui pourrait être la clé de la victoire. La guerre civile est inévitable. L'heure est grave, et en guidant Artyom dans ses aventures, les joueurs vont incarner le dernier espoir de l'Humanité. Le scénario de Metro: Last Light a été écrit par Dmitry Glukhovsky, auteur de la célèbre nouvelle Metro 2033 qui a inspiré ces deux jeux vidéo. Glukhovsky a également supervisé l'écriture de tous les dialogues de Metro: Last Light. Les romans Metro 2033 et Metro 2034 de Glukhovsky se sont vendus à plus de 2 millions d'exemplaires dans le monde. En 2013, son nouveau roman, Metro 2035, sera publié hors de Russie. Les droits d'adaptation cinématographique de Metro 2033 ont été achetés par la Metro-Goldwyn-Mayer (MGM) et le tournage du film est actuellement en cours de préparation. (source: KochMediaFr )

Metro: Last Light - Trailer de lancement - YouTube
 
( source: http://www.facebook.com/metrovideogamefr )

lundi 29 avril 2013

"The spectre of the Chernobyl disaster casts a long shadow over the Ukrainian psyche. More than a quarter of a century ago, on the outskirts of the Soviet city of Pripyat in the Ukraine, the Chernobyl nuclear facility was rocked by a huge explosion that blasted radioactive fallout over much of the former USSR and Europe. Beyond the 30 to 70 killed (reports from the USSR varied) by the explosion and radiation sickness, the human cost of the disaster is hard to quantify. Some estimate there will be between 50- to 60,000 excess cases of cancer attributable to Chernobyl." -James Cullinane editorial director of Gameplanet ANZ.

Metro: Last Light hands-on - Gameplanet New Zealand


More than a quarter of a century ago, on the outskirts of the Soviet city of Pripyat in the Ukraine, the Chernobyl nuclear facility was rocked by a huge explosion that blasted radioactive fallout over much of the former USSR and Europe.
Beyond the 30 to 70 killed (reports from the USSR varied) by the explosion and radiation sickness, the human cost of the disaster is hard to quantify. Some estimate there will be between 50- to 60,000 excess cases of cancer attributable to Chernobyl.

Metro: Last Light hands-on
In the four years after the event, Ukrainian farmers reported more than 350 animals born with severe deformities such as missing or extra limbs, eyes, heads and ribs.
The city of Pripyat was entirely evacuated. Now it’s a ghost town of stodgy Soviet apartment blocks and a solitary, forlorn Ferris wheel deep within the Chernobyl Exclusion Zone.
This is the setting not in which Metro: Last Light takes place, but against which it is developed. “There's no way this game is made anywhere other than there,” the game’s producer, Dean Sharpe, famously told media in 2011. “Because Ukraine is a depressing f**king place. Ukraine is just as depressing as hell – especially in the winter.”
“I now have a fake sun light I sit with for an hour every day just so I don't shoot myself.”

For more of this article, go to:
METRO: last light hands-on by JAMES CULLINANE

(An article by: James Cullinane  editorial director of Gameplanet ANZ)

vendredi 26 avril 2013

Les fantômes de Tchernobyl La ville fantôme de Pripyat, 27 ans après la catastrophe nucléaire. (Mis à jour le: 25 avril 2013 14:45)

La ville fantôme de Pripyat, 27 ans après la catastrophe nucléaire - Les fantômes de Tchernobyl -


"La ville de Pripyat, en Ukraine, est abandonnée depuis l'accident nucléaire survenu le 26 avril 1986 à la centrale nucléaire de Tchernobyl.

Les photos qui suivent montrent ce que les habitants de Pripyat ont laissé derrière eux."
(MSN actualités Mis à jour le: 25 avril 2013 14:45)


La ville fantôme de Pripyat, 27 ans après la catastrophe nucléaire (© Guy Corbishley/Demotix/Corbis)
 La ville fantôme de Pripyat, 27 ans après la catastrophe nucléaire (© Guy Corbishley/Demotix/Corbis)



La ville, construite pour héberger les travailleurs de l'usine, était peuplée de quelques 49 000 habitants.

La ville fantôme de Pripyat, 27 ans après la catastrophe nucléaire (© Guy Corbishley/Demotix/Corbis)






La ville fantôme de Pripyat, 27 ans après la catastrophe nucléaire (© Guy Corbishley/Demotix/Corbis)




Située à environ 3 kilomètres de la centrale, elle se trouvait au cœur de la zone d'exclusion mise en place autour de celle-ci après la catastrophe.

 La ville fantôme de Pripyat, 27 ans après la catastrophe nucléaire (© Guy Corbishley/Demotix/Corbis)



L'entière population de Pripyat fut donc évacuée et, 27 ans plus tard, la ville demeure déserte.

La ville fantôme de Pripyat, 27 ans après la catastrophe nucléaire (© Guy Corbishley/Demotix/Corbis)



La ville fantôme de Pripyat, 27 ans après la catastrophe nucléaire (© Guy Corbishley/Demotix/Corbis)


"Wright has visited a number of times and so far has spent nine days in the zone where he has concentrated on photographing the abandoned town of Pripyat, once home to the plant's workers and their families. The town's 49,000 inhabitants were told to leave 36 hours after the explosion on 26 April 1986." (c) BBC UK


In pictures: Dark Pripyat


jeudi 21 mars 2013

Macabre Models

Macabre Models (CLIQUEZ ICI pour voir le groupe sur FACEBOOK)

In works of art, macabre (US /məˈkɑːb/ mə-KAHB or UK /məˈkɑːbrə/; French: [makabʁ]) is the quality of having a grim or ghastly atmosphere. Macabre works emphasize the details and symbols of death.
Authors such as H. P. Lovecraft and Edgar Allan Poe used macabre atmosphere in their works.




History

This quality is not often found in ancient Greek and Latin writers[citation needed], though there are traces of it in Apuleius and the author of the Satyricon. The outstanding instances in English literature are John Webster, Robert Louis Stevenson, Mervyn Peake, Charles Dickens, Thomas Hardy, and Cyril Tourneur. In American literature notable authors include Edgar Allan Poe and H. P. Lovecraft. The word has gained its significance from its use in French as la danse macabre for the allegorical representation of the ever-present and universal power of death, known in English as the Dance of Death and in German as Totentanz. The typical form which the allegory takes is that of a series of images in which Death appears, either as a dancing skeleton or as a shrunken shrouded corpse, to people representing every age and condition of life, and leads them all in a dance to the grave. Of the numerous examples painted or sculptured on the walls of cloisters or church yards through medieval Europe, few remain except in woodcuts and engravings.
The famous series at Basel originally at the Klingenthal, a nunnery in Little Basel, dated from the beginning of the 14th century. In the middle of the 15th century this was moved to the churchyard of the Predigerkloster at Basel, and was restored, probably by Hans Kluber, in 1568. The collapse of the wall in 1805 reduced it to fragments, and only drawings of it remain. A Dance of Death in its simplest form still survives in the Marienkirche at Lübeck as 15th-century painting on the walls of a chapel. Here there are twenty-four figures in couples, between each is a dancing Death linking the groups by outstretched hands, the whole ring being led by a Death playing on a pipe. In Tallinn (Reval), Estonia there is a well-known Danse Macabre painting by Berndt Notke displayed at St.Nikolaus Church (Niguliste), dating the end of 15th century. At Dresden there is a sculptured life-size series in the old Neustädter Kirchhoff, moved here from the palace of Duke George in 1701 after a fire. At Rouen in the cloister of St Maclou there also remains a sculptured danse macabre. There was a celebrated fresco of the subject in the cloister of Old St Pauls in London, and another in the now destroyed Hungerford Chapel at Salisbury, of which only a single woodcut, "Death and the Gallant", remains. Of the many engraved reproductions, the most famous is the series drawn by Holbein. The theme continued to inspire artists and musicians long after the medieval period, Schubert's string quartet Death and the Maiden (1824) being one example. In the twentieth century, Ingmar Bergman's 1957 film The Seventh Seal has a personified Death, and could thus count as macabre.
The origin of this allegory in painting and sculpture is disputed. It occurs as early as the 14th century, and has often been attributed to the overpowering consciousness of the presence of death due to the Black Death and the miseries of the Hundred Years' War. It has also been attributed to a form of the Morality, a dramatic dialogue between Death and his victims in every station of life, ending in a dance off the stage.[1] The origin of the peculiar form the allegory has taken has also been found in the dancing skeletons on late Roman sarcophagi and mural paintings at Cumae or Pompeii, and a false connection has been traced with "The Triumph of Death", attributed to Orcagna, in the Campo Santo at Pisa.

Etymology

The etymology of the word "macabre" is uncertain. According to Gaston Paris[2] it first occurs in the form "macabre" in Jean le Fèvre's Respit de la mort (1376), Je fis de Macabré la danse, and he takes this accented form to be the true one, and traces it in the name of the first painter of the subject. The more usual explanation is based on the Latin name, Machabaeorum chorea (Dance of Maccabees). The seven tortured brothers, with their mother and Eleazar (2 Maccabees 6 and 7) were prominent figures on this hypothesis in the supposed dramatic dialogues.[3] Other connections have been suggested, as for example with St. Macarius, or Macaire, the hermit, who, according to Vasari, is to be identified with the figure pointing to the decaying corpses in the Pisan Triumph of Death, or with an Arabic word maqābir (مقابر), cemeteries (plural of maqbara). Another claim is that the word "Macabre" comes from the Hebrew "מהקבר" (spelled "mhkbr" and pronounced "Mehakever"), meaning "from the grave".


Macabre Models

mercredi 20 mars 2013

Cimetières de sous-marins et zones d’essais nucléaires : les séquelles de la Guerre froide La course aux armements qui a caractérisé la Guerre froide a occulté toute préoccupation environnementale (et pas seulement en Union soviétique comme en témoignent les essais nucléaires américains sur l’atoll de Bikini). Moscou a développé et produit en un demi-siècle une quantité considérable d’armes nucléaires, chimiques et bactériologiques. Or, la chute de l’URSS en 1991 et la désorganisation qui s’en est suivie a laissé un grand nombre d’unités de production et de dépôts à l’abandon, sans protection ni décontamination, notamment hors des frontières russes. Ceci par manque de moyens financiers mais également par pénurie de compétences techniques, les experts russes ayant rejoint la mère-patrie. La politique de « glasnost » (transparence) lancée par le président soviétique, Mikhaïl Gorbatchev, à la fin des années 1980 a révélé des informations inquiétantes sur les pratiques russes, notamment dans le domaine nucléaire, et sur leurs conséquences sur l’environnement : graves accidents dans des centrales et à bord de vaisseaux nucléaires, réseau de villes secrètes dédiées à la fabrication d’armes, immersion ou enfouissement de déchets sans contrôle… C’est sur ce secteur de l’héritage environnemental soviétique que la communauté internationale, qui se sentait directement menacée par les risques de contamination nucléaire à ses frontières, s’est le plus mobilisée au cours des années 1990. Dans les premières années qui ont suivi la fin de l’Union soviétique, elle a en particulier consacré ses efforts à aider les Nouveaux Etats indépendants à se «dénucléariser».

Cimetières de sous-marins et zones d’essais nucléaires : les séquelles de la Guerre froide - Environnement et pollution en Russie et en Asie centrale : l’héritage soviétique - Dossiers - La Documentation française

sous-marins

Cimetières de sous-marins nucléaires en Russie

L’Union soviétique avait construit au total 247 sous-marins nucléaires et cinq navires de guerre à propulsion nucléaire. Les deux tiers étaient affectés à la Flotte du Nord, devenue ainsi du temps de l’Union soviétique la plus grosse flotte nucléaire du monde, et un tiers à la Flotte du Pacifique.
192 sous-marins ont été désarmés (dont 116 pour la Flotte du Nord et 76 pour la Flotte du Pacifique), mais seulement 91 d’entre eux ont été démantelés (c’est à dire notamment délestés de leur moteur, et parfois de leur combustible nucléaire).
Les autres, soit 71 unités, attendent leur démantèlement, conservant à bord propulseurs et résidus de combustible nucléaires (chiffres 2004). Ils contiendraient 30 fois la quantité de combustible nucléaire du réacteur n°4 de la centrale de Tchernobyl lorsqu’il a explosé en 1986.
  • Mourmansk
La Flotte du Nord est répartie sur cinq bases navales dans la péninsule de Kola (située entre le mer de Barents et la mer Blanche). La plus importante, Mourmansk, est également un centre de production de sous-marins nucléaires. En dépit d’une aide étrangère importante, notamment américaine et norvégienne, les infrastructures pour démanteler les navires et surtout stocker leurs déchets restent insuffisantes. La construction d’une unité régionale de démantèlement est en cours dans la baie de Saïda (projet russo-allemand pour le stockage à long terme de 120 réacteurs). Elle sera opérationnelle en décembre 2008 mais ne résoudra pas la question du stockage du combustible, qui demeure la plus épineuse à résoudre, surtout lorsqu’il s’agit de combustible liquide.
En juin 2007, la fondation norvégienne pour la protection de l’environnement Bellona a lancé un appel au président russe, Vladimir Poutine, à propos des risques d’explosion nucléaire spontanée sur le plus grand site d’Europe pour le stockage de déchets radioactifs et de combustible radioactif usagé, situé à 100 km de Mourmansk et à seulement 45 km de la frontière russo-norvégienne, dans la baie d’Andreïeva. Selon un rapport d’experts et de scientifiques russes, un accident de ce type pourrait répandre dans l’atmosphère pas moins de 20 millions de curies.
  • Océan Pacifique
La Flotte du Pacifique, quant à elle, se trouve dans une situation encore plus défavorable : les sous-marins désaffectés sont disséminés le long de la côte, parfois à plus de 1 000 km de la plus proche installation de démantèlement. Le principal problème réside dans le remorquage de ces navires vers les chantiers, car ils sont généralement en très mauvais état. Le Japon, directement concerné par les risques de pollution dans cette zone, est le principal bailleur de fonds de ces opérations.
  • Océan Arctique
Autre risque de contamination, les vingt réacteurs de sous-marins nucléaires et le réacteur de brise-glace qui auraient été immergés depuis 1965 dans l’océan Arctique, au Nord de la Sibérie orientale. Selon certaines estimations, les déchets de la mer de Kara représenteraient les deux tiers de tous les matériaux nucléaires immergés dans le monde.

Environnement et pollution en Russie et en Asie centrale : l’héritage soviétique 

Le polygone d’essais nucléaires de Semipalatinsk au Kazakhstan

Le polygone de Semipalatinsk est le premier et l’un des principaux sites atomiques soviétiques. Entre 1949 et 1989, l’Union soviétique y fit exploser un total de 468 bombes atomiques dont 125 dans l’atmosphère et 343 sous-terre. Le site, qui s’étend sur 18 540 km2, a été fermé en 1991 par les autorités kazakhes, mais il n’est pas clos et les habitants des villages voisins y envoient paître leurs troupeaux. En 1997, l’AIEA (Agence internationale de l’énergie atomique) a confirmé que le site présentait de graves risques pour la santé publique. En effet, et selon plusieurs études concordantes, la proportion de personnes atteintes, notamment de cancers et de maladies mentales, dans les zones proches du polygone serait de 35 % supérieure à la moyenne du Kazakhstan.
Dans le cadre d’un programme d’assainissement de Semipalatinsk, coordonné par le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), l’OTAN a lancé en 2000 le projet SEMIRAD destiné à évaluer le niveau de contamination aux abords de la zone d’essais.

D’autres risques de contamination radioactive…

La production d’uranium et le stockage de déchets nucléaires ont engendré d’importants risques de contamination radioactive. Celle-ci touche plusieurs régions de Russie et d’Asie centrale. Par exemple, le lac Karatchaï qui borde le complexe industriel Mayak près de Tcheliabinsk dans l’Oural témoigne de la négligence passée de l’industrie nucléaire. Il est considéré actuellement comme l’un des endroits les plus pollués au monde. Les déchets nucléaires immergés dans le plan d’eau totaliserait 120 millions de curies, avec des quantités de strontium-90 et de cesium-137 sept fois supérieures à celles relâchées par l’explosion de Tchernobyl. Les déchets de 50 années de production, de traitement et de stockage d’uranium s’y trouvent en effet entreposés.

Que fait la communauté internationale ?

C’est dans le domaine du nucléaire militaire que la communauté internationale s’est le plus mobilisée. La Russie a d’ailleurs fait appel à elle, du moins pour l’aider à décontaminer la région Nord-Ouest. Toutefois, les sommes en jeu sont tellement importantes qu’il faudra attendre encore de longues années avant d’espérer aboutir à un résultat satisfaisant.
A titre d’exemple, la fondation Bellona a évalué le coût du démantèlement, de la sécurisation des dépôts et de la réhabilitation complète des sites à 1,6 milliard de dollars pour la région de Mourmansk et 845 millions pour celle de Tchéliabinsk.
  • En 2002, les pays du G8 (Groupe des huit principaux pays industrialisés) ont lancé le Programme de partenariat global contre la prolifération des armes de destruction massive et se sont engagés sur une somme totale de 20 milliards de dollars. Ce programme s'est élargi depuis à l'Union européenne et à treize autres pays. Cependant, malgré ces efforts, on considère que dans les pays de la CEI, seuls la moitié environ des bâtiments contenant des matériaux radioactifs sont dotés d'équipements de sécurité (clôtures, caméras de surveillance et instruments pour surveiller la radioactivité).
  • Pour coordonner la multiplicité des projets d’aide, l’Agence fédérale pour l’énergie atomique russe (Rosatom) a élaboré un Plan stratégique pour la Russie du Nord-Ouest, dont la seconde phase s’achève en août 2007. Cependant on lui reproche de peu se soucier des intérêts des populations. Par ailleurs, certaines ONG dénoncent un effet pervers de l’aide qui permettrait à la Russie de maintenir une industrie nucléaire obsolète, notamment grâce au retraitement du combustible à usage militaire en combustible pour les centrales.

mardi 19 mars 2013

Silver Pictures, de Joel Silver, va s’allier avec StudioCanal pour un reboot de « New York 1997 », le film science-fiction de John Carpenter, sorti en 1981. Kurt Russel a joué le premier rôle dans la version originale du film. Il a incarné Snake Plissken, un antihéros qui porte un bandeau sur l’œil gauche. L’histoire se déroule dans un futur proche aux États-Unis, où l’île de Manhattan a été transformée en une prison de très haute sécurité. Snake Plissken a un jour devant lui pour sauver le Président des États-Unis qui a été pris en otage là-bas. New Line et Warner Bros Pictures projetent de faire ce remake depuis pas mal de temps. A un certain moment, Len Wiseman (« Underworld ») et Breck Eisner (« The Crazies ») étaient respectivement pressentis pour réaliser le film, tandis que Gerard Butler, Jeremy Renner et Tom Hardy étaient considérés pour le rôle de Plissken, il y a deux ans. (Source: http://www.actucine.com)

Le reboot de New York 1997 avance | ACTUCINE.COM

"Award-winning director Jeff Renfroe (One Point O, Civic Duty) delivers an action-packed, post-apocalyptic thriller in his icy feature THE COLONY. Set during the next ice-age, an outpost of colonists struggle to survive below the world's frozen surface. Short on supplies, and plagued by illness and internal conflict, the colonists suspect the worst when they mysteriously lose contact with their only other known settlement, Colony 5. When Colony 7's leader Briggs (Laurence Fishburne - Contagion, The Matrix Trilogy) decides to lead an expedition to discover what happened, he is challenged by Mason (Bill Paxton -- Aliens, Twister), his former comrade-in-arms, who has his own ideas of what is best for the colonists. Briggs takes two volunteers on the mission, the young Graydon, and Sam (Kevin Zegers - Fifty Dead Men Walking, TV's Gossip Girl), a strong-willed mechanic who seizes the opportunity to confront the icy wasteland that orphaned him. When they reach their destination, the team discover a threat much worse than nature and must battle to save themselves and protect their fellow colonists in what might be humanity's last stand. A riveting, intense story of survival, humanity, and desperation, THE COLONY is a rich addition to the post-apocalyptic action genre."

The Colony Official Movie Trailer [HD] - YouTube

 

Et si la peste revenait frapper l’Europe ? (Par Janlou Chaput, Futura-Sciences) La peste est largement connue pour les épidémies mortelles qu’elle a pu causer dans le passé. Mais si la France a été épargnée depuis près de trois siècles, sommes-nous définitivement à l’abri d’une résurgence ? Le contexte actuel de résistance aux antibiotiques invite les spécialistes à faire preuve de beaucoup de vigilance… Est-ce vraiment une maladie du passé ? Dans l’esprit des Européens, la peste est une terrible infection qui a causé de terribles épidémies dans un lointain passé. Cette pandémie de Peste noire ravagea le Vieux continent au milieu du XIVe siècle, tuant selon les experts entre 30 et 50 % des Européens. Ce sont d’ailleurs les restes d’une douzaine de ces victimes qui viennent d’être exhumés la semaine passée à Londres lors de fouilles dans un chantier de Crossrail. En France, le dernier épisode important date d’il y a près de trois siècles. Entre 1720 et 1723, Marseille et sa région ont été le théâtre d’une épidémie terrible, durant laquelle jusqu’à 120.000 personnes auraient péri sur les 400.000 habitants qui occupaient la Provence à l’époque. Si les maux qui nous affectent évoluent au fil des siècles, devons-nous craindre aujourd’hui une nouvelle pandémie de cette maladie médiévale ? Peut-être estiment les spécialistes, qui jugent que nous ne sommes pas forcément à l’abri d’un retour et qu’au cas où, il serait plus prudent de se parer à toute éventualité. C’est du moins une idée défendue par Christian Devaux, chercheur au Centre d'études d’agents pathogènes et biotechnologies pour la santé (CPBS), dans la revue Infection, Genetics, and Evolution.

Actualité > Et si la peste revenait frapper l’Europe ?

Dans Scène de la peste de 1720 à la Tourette, le peintre Michel Serre livre un témoignage visuel de l'ampleur des dégâts, et montre le chevalier Roze, symbole de l'État, contribuer à l'inhumation des cadavres.

lundi 18 février 2013

Depuis une dizaine d'années, l'humanité traverse une série de cataclysmes qui vont en s'amplifiant. Alors qu'il devient de plus en plus difficile de cacher cette réalité au public, les autorités ont décidé d'utiliser l'arme de la désinformation. En première ligne se trouvent évidement les masse médias, mais même la scène dite conspirationniste constitue un terrain fertile pour injecter de fausses idées dans l'esprit du public. Dés que ces fables cesseront de fonctionner et que même l'individu lambda sera à même de se rendre compte du contexte anormal qui est le nôtre, surviendra une rupture dans la continuité de la société, ce sera alors l'ére du chaos, une situation qui posera des problèmes encore pires que les diverses menaces cataclysmiques. (Source: Publié par Rorschach à 18:26)

Les Chroniques De Rorschach: Météores, séismes et réchauffement climatique : Quelques statistiques intérréssantes

L'armée américaine a décidé de ne plus partager ses données sur les risques de rentrées atmosphériques d'objets célestes. Aucune explication n'est donnée sur les raisons de ce revirement : "Les informations militaires sur les astéroïdes sont désormais classifiées." "La communauté scientifique bénéficiait depuis 15 ans des données recueillies par les satellites militaires américains, sur les objets naturels et météoritiques rentrant dans l'atmosphère terrestre, mais c'est maintenant terminé." (Leonard David publié le 10 juin 2009 sur Space.com)

Les Chroniques De Rorschach: Les données militaires sur les météores ne sont plus divulguées

mardi 12 février 2013

Сообщение о внештатной ситуации - Сообщение о внештатной ситуации 12.02.13 в 14 часов 03 минуты произошло частичное разрушение стеновых панелей и части легкой кровли машинного зала блока №4 над необслуживаемыми помещениями с отметки +28,00 м в осях 50-52 от ряда А до ряда Б. Площадь разрушения составила около 600 м2. Данная конструкция не является ответственной строительной конструкцией объекта «Укрытие». Нарушений пределов и условий безопасной эксплуатации согласно Технологическому регламенту объекта «Укрытие» нет. Изменений радиационной обстановки на промплощадке ЧАЭС, в зоне отчуждения нет. Пострадавших нет.

Сообщение о внештатной ситуации
Destruction partielle des murs et du toit de l'unité d'éclairage turbine salle № 4

http://www.chnpp.gov.ua/images/stories/NSC/shel2_1.jpg


Traduction libre de GOOGLE TRANSLATOR (sorry)

 Avis d'une situation extraordinaire

12/02/13 à 14 heures 03 minutes il ya eu une destruction partielle des murs et du toit de l'unité d'éclairage turbine salle № 4 sur les locaux non surveillés avec une marque de 28,00 mètres dans les axes de la série 50-52 A à la série B. La zone de destruction était d'environ 600 m2 .
Cette conception n'est pas responsable conception du bâtiment "Shelter".
Les violations des limites et des conditions de fonctionnement en toute sécurité conformément à la réglementation technologique "Shelter" est pas.
Les changements dans la situation radiologique sur le site de la zone d'exclusion de Tchernobyl pasAucun blessé n'a été signalé.




      Notice about abnormal situation

12.02.13. Partial failure of the wall slabs and light roof of the Unit 4 Turbine Hall occurred at 14.03 above non-maintained premises on the level 28.00 meters in the axes 50-52 from range A to rage B. The area of damage is about 600m2. This construction is not critical structure of the "Shelter" object.
There is no violation of limits and conditions of "Shelter" object safe operation in accordance with the technological regulations. There are no changes in radiation situation at ChNPP industrial site and in Exclusion zone. There were no.

Islande : D’aussi loin que l’œil peut voir, des centaines de milliers de harengs morts recouvrent le sol sur ces images effrayantes prises hier sur les rives d’un lac islandais. On ne connait toujours pas la cause de cette hécatombe, mais elle vient s’ajouter à celle déjà observée dans la région en Décembre dernier, où une quantité semblable de poissons avait déjà été retrouvé échoué. (Source : Nature Alerte)

Islande : 30 000 tonnes de poissons meurent mystérieusement – deux fois en deux mois « État du Monde, État d'Être

jeudi 24 janvier 2013

Vous aimez Star Trek, le reboot de J.J. Abrams ? Et qu’en est-il des effrayants contes surnaturels ? Vous avez de la chance car le prochain projet de la Fox pourrait bien vous combler. La saison des pilotes est devant nous et la Fox est à la recherche d’une histoire sinistre venue du passé pour cet automne. La chaine a passé une commande de pilote pour Sleepy Hollow, une version moderne de l’histoire classique courte d’un cavalier sans tête écrite par Washington Irving. La série vient des scénaristes Alex Kurtzman et Roberto Orci (Star Trek, Fringe) qui travaillent également sur la suite de The Amazing Spider-Man. Le duo a une solide expérience de la télévision : ils ont aidé à lancer les premières saisons de Fringe, ont travaillé sur Alias et dirigent actuellement le reboot, couronné de succès, de Hawaii Five-0. Mis à part le vague mini-synopsis de "thriller surnaturel moderne basée sur la légende de Sleepy Hollow", nous ne savons pas grand-chose en termes d’intrigue. Mais il y a fort à parier que l’histoire traitera d’une petite ville en proie au surnaturel. Cela semble intéressant, peut-être un petit quelque chose comme Haven, mais avec un aspect plus historique. Outre Orci et Kurtzman, Len Wiseman (Underworld, Total Recall) a également signé pour diriger et assurer la production exécutive. (Source: Géraldine H. - UNIFICATION FRANCE via via Blastr)

Sleepy Hollow : La Fox commande un pilote aux scénaristes de Star Trek - Unification France

Resident Evil: Retribution a récolté environ 250 millions de dollars dans le monde entier (incluant la Chine, où il vient d’être lancé), tandis que la franchise a accumulé des recettes de plus de 930 millions de dollars, ou près de 1 milliard de dollars, à l’échelle mondiale. -Source ( TVQC )

Resident Evil : Retribution remporte le prix de la Bobine d’or Cineplex - TVQC | TVQC

Resident-Evil-Retribution-Banner-US-01

38-resident-evil-retribution-052912

-Source (TVQC.com)